Blasoncorse


La Tête de Maure ... Tout un Symbole !

La tête de Maure n’apparaît pour la première fois qu’en 1281, sur un sceau du Roi Pierre III dit le Grand, Roi d’Aragon et de Valence.
Elle est quadruple et entoure une croix. Ses successeurs continuèrent à se servir de cet emblème pendant un bon siècle. Les armoiries de la Sardaigne y doivent beaucoup.

En ce qui concerne la Corse, il faut savoir que l’emblème n’est pas né dans notre île.
Il y a été importé très justement par les rois d’Aragon successifs, au fil de leurs installations entre la fin du 13è et le début du 14è siècle.
S’il n’est pas exclu que certains chefs corses aient pu prendre la tête de Maure comme enseigne pour leurs fanions ou armoiries, il est en revanche certain qu’à ces périodes, le drapeau à la tête de Maure n’a pas encore été choisi comme drapeau officiel de la Corse.

Mais le 12 mars 1736 débarque à Aleria le baron allemand Théodore de Neuhoff qui, bardé indûment de titres prestigieux s’apprête à prendre le pouvoir sur l’Ile.
Théodore de Neuhoff se fait accompagner, dans sa marche triomphale à travers la Corse, d’un portrait où il figure en tenue d’apparat. Au bas de ce portait on voit un blason où l’on trouve :
au centre, un écu carré surmonté d’une couronne royale, elle-même surmontée d’un globe. Dans l’écu, une tête de Maure, tournée vers la droite de celui qui la regarde, portant un bandeau sur les yeux, noué derrière la tête.

C’est donc à ce roi d’opérette et à cet aventurier d’un autre temps (qui ne régna que six mois), que l’on doit la présence de la tête de Maure sur le drapeau officiel de la Corse.
Or, comme la popularité de Théodore de Neuhoff a été immense en Europe, la tête de Maure fut connue de tous ses Etats, comme le symbole officiel des armes de la Corse.

C’est toutefois avec Pascal Paoli que le drapeau à tête de Maure devient l’emblème officiel de la nation corse.
Bien qu’au début de son « Généralat » Pascal Paoli ne songea pas à innover en cette matière.
En effet il tint à garder l’emblème choisi, en janvier 1735, par les chefs insurgés (dont son père), lors de la  « Consulta » de Corté où l’étendard portait l’image de la Vierge Marie.
Mais en 1760 Pascal Paoli imagine un changement. Il introduit une innovation importante par rapport au drapeau de la « Consulta » de 1735, puisqu'il abandonne l'image de la Vierge et reprend la tête de Maure telle qu'elle figurait sur les cartes de l'époque et sur les armoiries de Théodore de Neuhoff.
Mais il y pratique une énorme différence : la suppression de la chaîne symbolisant l’esclavage.

Le 24 mai 1761, il est décidé de frapper la monnaie du Royaume, c’est à dire une monnaie portant les armes de la Corse dans une version définitive où un cartouche enferme une tête de Maure tournée vers la gauche, avec un bandeau sur le front, noué derrière la nuque et un collier à deux ou trois grains.

Pascal Paoli a effectivement décidé de relever le bandeau qui, jusqu’alors, était placé sur les yeux, dans les armes de Théodore de Neuhoff.
Un mot de lui, cité par l’un de ses biographes, nous donne la raison de cette décision :
" Les Corses veulent y voir clair. La liberté doit marcher au flambeau de la philosophie. Ne dirait-on pas que nous craignons la lumière ? "


L’histoire de la tête de Maure ne s’arrête pas là. La France la conservera sur ses drapeaux en y ajoutant les fleurs de lys mais en supprimant complètement le bandeau.
Puis la Révolution de 1789, dans un premier temps, donna, au tout nouveau département Corse, des armoiries avec une tête de Maure où s’inscrivait une devise : « La Loi, Le Roi ».

Mais, dès 1792 cette devise disparaît laissant seule la tête de Maure et les fleurs de lys.
Lorsque, plus tard, Pascal Paoli forme le royaume anglo-corse, la tête de Maure associée aux armes du roi d’Angleterre redevient, de 1794 à 1796, l’emblème officiel de la Corse.


Encore plus tard, le drapeau se dégagera des armes associées et des fleurs, pour verser dans la simplicité et la modernité.
Avec l’empire puis les Républiques, le collier disparaît comme la boucle d’oreille et le fond de l’étendard s’arrête au blanc immaculé.
Le visage s’oriente définitivement vers la gauche et le profil s’affine au niveau du nez et de la bouche.
Aujourd’hui la Tête de Maure a atteint son image définitive bien que des artistes cherchent à la faire encore évoluer.