23 mars 2007

Pasqua in Rusiu

Pasqua Corsa in Rusiu 

(Petru Rocchi)

Sentu sunà e campane

Quelle di u me paesolu

Rivenute da Roma sta mane

Dopu tre ghiorni di dolu.

Sunate sunate campane

A rompe u battagliolu

Ci portanu a bona nutrizia

Di u Cristu ressusscitatu

Messu in croce da à milizia

E da Caïffu cundannatu

Abandunatu da à justizia

Di u Signor’Ponziu Pilatu

Chi per paura o per malizia

E mani sin’é lavatu

Oghie a justizia divina

Face dirittu a l’innucente

Averte chi sopra l’omi

C’é una forza più pudente

Cécu é ch’un vole vède !

Sordu é ch’un vole sente !

Ma quandu l’ora sunerà

Sara troppu tardi ô giente

In ogni paese e cità

Sona e canta l’Alleluia

Pe’ a santa resurrezione

Celebrata in allegria

A Gioia e a devuzione

So in perfetta armonia.

In ogni chiesa e fucone

So Pater Nostri e Ave Maria

Dopu a festa spirituale

Prestu tuttu e preparatu

Pe a festa curpurale

Induve ognunu é invitatu

Per mangnà l’ovu pasquale

Cun’ Merre, Maestru e Curatu

U « Triumviratu » tradiziunale

D’ogni paesolu amatu

Finita a merendella

E l’ora di e distrazioni

Di a celebre paghiella

Di i balli e di i soni

Di canzona a più bella

E di l’impruvisazioni

Di fritelle, migliacci e vinu

Di ghitara a di viulinu

Posté par A Rustaghja à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mars 2007

A Babbu

papa3

Posté par A Rustaghja à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2007

A Maria Stella

Maria_Stella2

Posté par A Rustaghja à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2007

L'eau roule comme le temps

Fontaine

Posté par A Rustaghja à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2007

Le Coquelicot

coquelicot_panorama_t166

Il y a des fleurs qui s'associent aux sentiments, d'autres qui imagent l'amour.....Le coquelicot a, depuis toujours inspiré les poètes pour refléter leurs sentiments amoureux. Cette fleur à l'aspect si fragile est en cela, l'emblème de l'été et de ses idylles

coquelicot2

Nos plages de sable fin se désertent à l'arrivée de l'automne, mais combien d'étreintes, et combien de promesses n'ont elles pas accueillies durant tout cet été. Combien de couples enlacés se sont chuchotés à l'oreille de doux aveux emplis d'émoi.........Yves Jamait apporte cette note fabuleuse dans les paroles de sa chanson intitulée : Le coquelicot, fleur des amoureux.....

Le coquelicot de ta bouche                           

Effleure le grain de ma peau

Dès que son pétale le touche

Comme des mots

Comme des mots éclos de ta bouche

Colorant le grain de ma peau

Ce sont tes baisers qui font mouche

Rouge la peau

Un soleil impudique de lumière éclabousse

La soie de cette robe que du doigt je retrousse

Mes mains qui papillonnent sur ton ventre composent

Cette même harmonie que ton souffle transpose

L'envie de croquer dans la chair de ce fruit là me tente

Mes tes yeux malicieux me regardent et m'invitent à l'attente

Le coquelicot de ta bouche

Effleure le grain de ma peau

Dès que son pétale le touche

Comme des mots

Comme des mots éclos de ta bouche

Colorant le grain de ma peau

Ce sont tes baisers qui font mouche

Rouge la peau

Mais tu oscilles entre pudibonde et gourgandine

Retirant cette étoffe qui voilait ma rétine

Je balbutie un peu avant de fermer les yeux

Invité au voyage bien au-delà de six cieux

Puis tu poses ton doigt sur mes lèvres et m'incites à me taire

Et je sens tes cheveux sur mon ventre et je me laisse faire

Le coquelicot de ta bouche

Effleure le grain de ma peau

Dès que son pétale le touche

Comme des mots

Comme des mots éclos de ta bouche

Colorant le grain de ma peau

Ce sont tes baisers qui font mouche

Rouge la peau

S'il n'y a plus de mots sur le bout de nos langues

Que le verbe nous manque, l'amour en est plus beau

Le coquelicot de ta bouche

Effleure le grain de ma peau

Dès que son pétale le touche

Comme des mots

Comme des mots éclos de ta bouche

Colorant le grain de ma peau

Ce sont tes baisers qui font mouche

Rouge la peau

coquelicot

       112xoohe

Le coquelicot aux fines ailes tremblantes, supporte les émotions qui peuvent conduire de l'idylle éphémère, aux grandes et profondes passions. Ces histoires là peuvent alors parfois conduire jusqu'aux déchirures des coeurs et aux drames où, le rouge baiser du coquelicot devient pétale de sang sur la peau blanche d'une poitrine................

couple_amoureux

coquelicot

Mouloudji nous a chanté ces passions là avec ce poème transperçant de Raymond Asso, titré :

                                "Comme un petit coquelicot"

           Le myosotis, et puis la rose,

          Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !

          Mais pour aimer les coqu'licots

          Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !

          T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :

          Quand j't'aurai dit, tu comprendras !

          La premièr' fois que je l'ai vue,

          Elle dormait, à moitié nue

          Dans la lumière de l'été

          Au beau milieu d'un champ de blé.

          Et sous le corsag' blanc,

          Là où battait son cœur,

          Le soleil, gentiment,

          Faisait vivre une fleur :

          Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !

          Comme un p'tit coqu'licot.

          C'est très curieux comm' tes yeux brillent

          En te rapp'lant la jolie fille !

          Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop

          Pour expliquer... les coqu'licots !

          T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà

          Quand je l'ai prise dans mes bras,

          Elle m'a donné son beau sourire,

          Et puis après, sans rien nous dire,

          Dans la lumière de l'été

          On s'est aimé ! ... on s'est aimé !

          Et j'ai tant appuyé

          Mes lèvres sur son cœur,

          Qu'à la plac' du baiser

          Y avait comm' une fleur :

          Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !

          Comme un p'tit coqu'licot.

          Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure

          Ta p'tit' histoire, et je te jure

          Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot

          Ni cett' passion... des coqu'licots !

          Attends la fin ! tu comprendras :

          Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !

          Et le lend'main, quand j'lai revue,

          Elle dormait, à moitié nue,

          Dans la lumière de l'été

          Au beau milieu du champ de blé.

          Mais, sur le corsag' blanc,

          Juste à la plac' du cœur,

          Y avait trois goutt's de sang

          Qui faisaient comm' un' fleur :

          Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !

          ...........Un tout p'tit coqu'licot.....

          ...........

          ...........

coquelicot

.

.

La Femme Coquelicot

.

Comment, dans cet hommage au coquelicot d'un été qui s'en va, ne pas parler de "La Femme coquelicot".

Cet excellent téléfilm de France 3, tiré du roman de Noëlle Chatelet, sur un scénario et une adaptation de Jackie Frysman et une réalisation de Jérôme Foulon est sorti en 2005. Il met en scène Jean-Pierre Cassel et Françoise Fabian.

.

.

la_femme_coquelicot

.

Marthe, 70 ans, veuve et vivant seule, va renconter Félix de 5 ans son aîné. De ces deux destins qui se croisent à la faveur d'une habitude dans un bar parisien, va naître, au fil des jours et des rencontres délicatement provoquées, un véritable amour. Félix, peintre et poète va entraîner Marthe dans un monde romantique et nouveau où, les interdits des âges n'ont pas cours et où la fleur du coquelicot va, de sa couleur pourpre, inonder ces deux coeurs d'un bonheur parfait entre amour, poésies et peintures.....avec Monet en fond de palette...

.

claude_monet_

.

la_femme_aux_coquelicots

.

nu_coquelicot

.

bouquetcoquelicotsluc_1

Posté par A Rustaghja à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2007

Ti Tengu Cara

Ti_tengu_cara_2

Cliquez sur le texte pour agrandir l'image

Posté par A Rustaghja à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2008

La Fête des Mères

MAMMA, O MA

In a camera bughjosa
Ci hè qualcosa, ci hè qualcosa...
Sentu un passu lindu, lindu,
E' la notte si ne và...
Sentu un basgiu lindu, lindu...
E' l'alba si tù o Mà !

Da sopra 'à lu mo letinu
Si vicinu, si vicinu
Chi mi chjami pianu pianu...
E' la notte si ne và...
A' mo manu hè in la to manu
E' l'alba, si tu o Mà

                                                  Ghjuan Terramu ROCCHI

img157c

rlp0uuf0

Posté par A Rustaghja à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2008

L'été s'en va, l'amour s'enfuit

Nos plages de sable fin se désertent à l'arrivée de l'automne, mais combien d'étreintes, et combien de promesses n'ont elles pas accueillies durant tout cet été. Combien de couples enlacés se sont chuchotés à l'oreille de doux aveux emplis d'émoi........Poème :

(cliquez sur la photo pour l'agrandir)

L__t__s_en_va_l_amour_s_enfuit

Posté par A Rustaghja à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]