02 juillet 2006

Bienvenue

Drapeau_gif

Bienvenue sur le CorsicaBlog d'A Rustaghja

A Rustaghja, cette serpe à grand manche utilisée pour ouvrir son chemin dans le maquis, vous aidera à partir à la découverte des nombreux articles et liens voués à la Corse...

Posté par A Rustaghja à 17:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


09 juillet 2006

Tours et ponts génois

Les Tours Génoises furent construites au XVIe siècle à la demande des communautés villageoises pour se protèger des pirates.

                                        026

À partir de 1530, sous l'impulsion de la république de Gênes, quatre vingt-dix tours furent édifiées sur le littoral corse, dont trente-deux au Cap corse.

carte_tours meria

Ces vigies placées en avant-poste prévenaient et se défendaient des attaques des Barbaresques et de tous les dangers venant de la mer.

Qu'elles soient carrées ou plus souvent circulaires, elles ont toujours trois étages : un niveau pour les réserves d'eau, de vivres et de munitions, un autre pour la vie et le dernier pour la veille.

Bien souvent, salle de guet et salle de repos ne formaient qu'un seul espace doté d'un plancher sommaire. On passait d'un niveau à l'autre par des trappes et des échelles. L'accès à la porte d'entrée se faisait par une longue échelle mobile.

                                        agnello

-La surveillance : la terrasse, percée de machicoulis ou munie de bretèches, était flanquée d'une guardiola et plate forme avec meutrières, permettant aux torregiani de guetter.

-L'espace de vie : les gardes habitaient à tour de rôle la pièce unique pourvue de niches et d'une cheminée sous la salle de guet.

-Les réserves : une niche servait à ranger les vivres. Depuis la terrasse, une conduite amenait l'eau dans la citerne située au bas de la tour.

                                         negro

La garnison, de deux à quatre hommes, recrutés parmi les habitants et payés sur les taxes locales, assurait la vigie avec les feux et signaux réglementaires en cas de péril et renseignait navigateurs, bergers et laboureurs.

Certaines ont dû se défendre contre les envahisseurs, et on retrouve à leur base les restes des combattants.

C'est ainsi que la fameuse tour de l'Osse doit son nom aux ossements ensevelis à ses pieds.

Chacune possède son histoire, en voici quelques unes :

                                        063_bis_tour_de_sel

Torre de l'Anse de Callelu, à Calvi - Plus connue sous le nom de tour du Sel, elle fut édifiée vers 1495 par l'Office de Saint-Georges. Elle servit d'entrepôt aux chargements qui arrivaient par bateaux des salines provençales. Les gardiens exerçaient un contrôle draconien sur cette denrée - dont Gênes avait le monopole de vente - ainsi que sur les autres marchandises en transit. Ils percevaient aussi les impôts, taxes d'ancrage et droits sur les filets, et surveillaient les mouvements du port.

                                        nonza

Torre di Nonza - Elle fut construite en 1760 sur ordre de Pascal Paoli à l'emplacement d'un ancien château du XIIe siècle. Carrée, avec ses murs saillants, elle était moins vulnérable qu'une tour ronde.

                                        Roccapina

Rocapina - Elle fit partie, entre 1510 et 1530, du premier programme de construction de 25 tours. En 1533, elle dépendait de la citadelle de Bonifacio.

                                        162_bis_girolata

Girolata - Pourtant située au nord de Porto, cette tour carrée et son fortin dépendaient de la citadelle de Calvi.

Les tours génoises ont été les premières applications de la télégraphie sans fil. En effet elles ont su mettre en application la transmission d'information à distance. Un langage est né pour se tenir informé sur un évènement particulier arrivant de la mer ou pour annoncer l'approche d'une embarcation ennemie ou inconnue.

Chaque tour étant érigée pour être à vue de deux autres pouvait, par temps clair, à l'aide de fumées et  de jeux de fanions (dans une première époque) et de bras de sémaphores, par la suite, faire circuler des informations cohérentes dans un code défini.

Ainsi, des records de rapidité ont été battus pour faire circuler une information sur le pourtour de l'Ile. Une sorte de journal parlé avant la TSF !

omigna0a

nero4a

capig4a

***********

Les Ponts Génois

Pont_Genois  PontGenoisReduite

Les Ponts Génois . On désigne volontiers sous ce terme général tous les ponts un peu anciens sur l'Ile.

                                                Sans_titre

En fait quelques uns datent de l'époque pisane. Puis , à partir du 16° siècle, Gênes en a fait construire un grand nombre sur des itinéraires très fréquentés afin de développer les échanges commerciaux et agricoles dans l'Ile.

51  55

Les architectes, pour la pupart inconnus, à qui la Corse est redevable de cet ensemble extraordinaire de constructions, sont sans doute les mêmes qui l'ont dotée des exemplaires les plus caractéristiques de son architecture publique.

pontgenois pont_genois

vecch2a

En effet on relève deux types de styles suivant les contraintes et circonstances géographiques: le pont à arche unique comme celui d'Albarella, Biglia, Pianella, Pallano, Lento et le pont à doubles ou triples arcades séparées par des piles triangulaires comme celui de Ponte novu, d'Altiani et Ponte Leccia.

                                  ponte_leccia

                                     pont_d__Altiani

Posté par A Rustaghja à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2006

U Trenu di Balagna - U Trinichelu

Le Tramway des plages, la Micheline, le Petit train des sables.....  le TGV corse (train à grandes vibrations)

                       CFC12

Autant de termes pour définir la voie de Chemin de Fer de la Corse qui dessert la Balagne entre Calvi et l'Ile Rousse. Notre trinichelu ! Notre Micheline avec son wagon unique ou ses 3 voitures. Une motrice d'un autre temps nommée ABH modèle 1949 ! 

CFC7

Oui qu'il est beau notre tramway des sables quand il sillonne les criques et les plages entre les deux ports de Balagne....en ondulant du wagon comme ondulerait la robe d'une belle femme en traversant la Place St Nicolas de Bastia !   

CFC3  CFC2   

300 000 touristes, chaque année, goutent aux sensations extraordinaires de notre réseau ferroviaire Corse. Autant de voyageurs en recherche de beauté pour découvrir notre ile...et d'histoire pour se replonger dans l'excitation des trajets que nos anciens effectuaient dès l'entre deux guerres jusqu'aux années 1950....avant que le ruban routier ne vienne apporter sa concurrence avec l'arrivée des automobiles.

               CFC1      

                        CFC6

Alors, si vous n'avez pas encore eu l'occasion de connaître le frisson des grands voyageurs en train...même sur un parcours modeste, empruntez la micheline, au moins une fois!

En Balagne, faites l'aller/retour entre Calvi et l'Ile Rousse pour longer les plages et découvir d'un autre regard, des plages, criques, anses et propriétés insoupçonnables. Vous voudrez prendre des photos ou filmer ?.......calez vous bien pour cadrer votre image !...car le manque de stabilité fait partie intégrante de la découverte !

Calvi08

Sinon, endossez votre sac de randonnée où vous aurez mis votre serviette de bain, votre picnic et descendez, au hasard, à un des multiples arrêts de plages, pour goûter à une journée particulière. Pour le retour ? Aucun problème ! le trinichelu repasse toutes les heures ! S'il y a des gares ? Non, deux quais, en plein maquis.......comme dans les westerns.....alors mettez votre harmonica autour du cou !

                  CFC4

                        CFC10

Mais, inmanquablement....vous serez séduits et vous n'aurez plus en tête, que la programmation de votre journée où, partant de Ponte Leccia, vous irez franchir les méandres du Col de Vizzavone pour dévaler la descente en direction d'Ajaccio !!! ........et là, les émotions n'auront pas d'égales !

                        CFC9

Alors.....Bon voyage et............bonnes vibrations !!!  Tchoouuu! Tchoouuu !

Posté par A Rustaghja à 01:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 juillet 2007

Corse mystèrieuse



Sur un chant du groupe A Filetta (comme un souffle)....un survol de créatures bizarres issues de l'imaginatif de "Mère nature" avec, pour finir, l'empreinte de civilisations séculaires

Posté par A Rustaghja à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2007

Autour de Calvi



Quatre minutes de musique pour un vol au dessus de Calvi et la Balagne avant de faire une boucle vers la Scandola et se poser dans le Cap Corse

Posté par A Rustaghja à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juillet 2007

Montagnes Corses



Quand les cornemuses corses résonnent en écho pour planer tel l'aigle aux ailes déployées, sur nos montagnes tant aimées.

Nant'à l'elpe é le petrichiccie

Cù la neve chi vole incantà

E le creste avvacinaticcie

Di lu Cintu à Rutondu à cullà

Quassù c'hé mintrastu é trifogliu

           E li quatru venti à incurnà.          

Scappi lesta à càteru à collu

s'omu ti vole avvacinà.

Muvra corsa cum'é ind'e fole

U to nome hé Libertai

Muvra corsa dà l'altru sole

Chi esempiu ch'é tù ci dai.

                                               G. Fusina  (Muvra corsa)

Posté par A Rustaghja à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2008

Notre Dame de la Serra

chapelleNDS

Au dessus de la Ville de Calvi veille Notre Dame de la Serra. Une chapelle toute simple surplombant la baie. Blottie dans un enclos de pierre où se dressent trois blocs de rochers appuyés l'un sur l'autre comme des menhirs fatigués. Dans ce havre de paix au paysage fabuleux, pour un point de vue qui s'étend par dessus toute la Balagne jusqu'au confins du Cap Corse, vous trouverez, accrochés aux murs des plaques de remerciements pour les actions de grace que cette Dame a pu procurer à ses dévots.

DSC00135

Pour s'y rendre, rien de plus simple......en voiture et par la route, bien sûr, depuis la bifurcation vers la gauche, au niveau de la pointe de la Revellata, sur la route de Galéria. Mais moi je vous invite à vous y rendre à pied par un sentier sympathique qui vous déposera au pied de cet édifice merveilleux.

111

354

Quittez alors la ville par la route du Groupement EDF et de son Centre de Vacances de la CCASS. Le sentier démarre en bout de route par une plaque rocheuse qu'il faut franchir au milieu de jolis cactus. Ensuite laissez vous guider gentiment, le sentier ne comporte aucun piège dans son dessin. Au fur et à mesure que vous avancerez et prendrez de la hauteur, le paysage se découvrira à vos yeux, dès que vous vous retournerez pour admirer la baie splendide de Calvi.

345

347

Puis, après avoir gravi quelques marches faites dans la roche, la chapelle se plantera là, devant vous. Deux cents mètres à parcourir pour gagner le parking et le parvis qui vous conduira au but de votre belle randonnée

346

Dès le portail franchi, le spectacle de beauté et la plénitude des lieux s'offrent à vous pour une halte à savourer selon vos convictions.

348

349

353

350

351

352

Posté par A Rustaghja à 13:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 octobre 2008

Tour de Corse avec le Moto Club Cuersois (Var)

corse5

Nous allons suivre ce groupe d'amis partis de Cuers dans le Var et qui va embarquer pour la Corse depuis le port de Toulon

corse9

corse26

Le voyage se passe agréablement et la Corse s'ouvre à nos amis avec sa belle ville d'Ajaccio. Aussitôt, tout le monde en selle et direction, les Iles Sanguinaires...

corse34

corse40

corse48

Le voyage découverte commence réellement maintenant en prenant la direction de Propriano par le golfe de Valinco

corse70

corse71

Puis direction plein sud avec Sartène, le Lion de Roccapina et Bonifacio...

corse77

corse88

corse92

corse99

L'étape suivante prend le cap vers l'intérieur à partir de Porto Vecchio pour atteindre le splendide Col de Bavella avec ses aiguilles renommées

corse113

corse124

corse128

corse141

Une grande diagonale par le col de Vergio pour rejoindre les Calanches de Piana et Porto

corse160

corse163

corse164

corse165

corse170

corse172

Après une remontée de la côte ouest, arrivée en Balagne avec la découverte de Calvi,

corse179

corse183

corse185

...puis l'Ile Rousse..

corse201

corse206

Passage par Belgodère....

corse208

......puis un petit tour dans la neige des stations de ski....

corse214

corse215

corse216

...avant de traverser le Désert des Agriates, plonger sur St Florent et se hasarder dans le Cap Corse avant de remonter le Col de Teghime...

corse242

corse262

corse266

corse268

corse281

corse282

corse306

corse308

corse317

corse322

corse327

Enfin....direction finale Bastia pour le Salon de la Moto du mois d'avril et.....l'embarquement pour le retour

corse355

corse363

corse338

Quelle belle chevauchée fantastique !!!

Posté par A Rustaghja à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2009

Le Cédrat et la Main de Bouddha

S'il est un agrume qui peut être considéré comme endémique à la Corse c'est :
Le cédrat. Le fruit du cédratier, un arbre de la famille des Rutacées.

cedrat


Proche du citron, le cédrat est un fruit ovale et verruqueux qui peut mesurer jusqu'à 25 cm de long et peser 4 kg. Sa chair verte ou jaunâtre est acide et peu juteuse, mais son odeur est très agréable.

Trop amer, le cédrat est rarement utilisé frais. Il est surtout vendu confit et utilisé en pâtisserie, en confiserie ou à des fins décoratives. Il est également transformé en confiture et en liqueurs. Les zestes d'écorces sont employés en pâtisserie industrielle.
La Cédratine, liqueur insulaire élaborée à partir de cet agrume, fait la réputation de la Corse dans les découvertes touristiques des estivants.

c_dratine

Le cédrat est reconnu depuis l'antiquité méditerranéenne pour ses vertus particulières sur l'organisme du corps humain......nos temps modernes nous l'ont fait oublier !

Dans la variété du cédrat il existe celui que la nature a voulu toujours surprenant à l'oeil :
La Main de Bouddha

main_de_bouddha_vertei

main_de_bouddha

Posté par A Rustaghja à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Migliacci et Pisticcini

Comment ne pas parler encore et encore des bienfaits de la farine de châtaigne !! Cette base alimentaire antique pour les insulaires, fait l'objet de multiples recettes de cuisine. Si la Pulenda était l'élément de base pour se substituer au pain et à la farine de blé, la farine de châtaigne a toujours été prisée pour agrémenter les recettes de desserts. Ceux ci se présentaient essentiellement sous forme de beignets cuits au four ou frits à la poêle.
En voici deux d'entre eux: Les Migliacci et les Fritelli Pisticcini

Migliacci

Migliacci

CUISSON :
à four chaud 15 mn.

INGREDIENTS :
500 g de farine de châtaigne, 25 g de levure de boulanger, 300 g de brocciu, 2 oeufs, 1 dl de lait.

PREPARATION :

Délayer la levure dans un peu d'eau tiède. Mettre la farine dans un saladier avec, dans le creux, 1 oeuf, le lait et la levure délayée. Délayer en remuant, ajouter le fromage en morceaux puis pétrir la pâte, laisser reposer jusqu'à ce que la pâte ait levée. Pétrir légèrement à nouveau et disposer la pâte en petits tas sur une plaque beurrée avec ou sans feuilles de châtaignier.
(les migliacci, dans les villages de Castagniccia, étaient cuits sur un lit de feuilles de châtaignier posé sur une plaque metallique, elle même posée sur le fugone. La pâte y était coulée en beignets ronds...et qui, ainsi, ne collaient pas !)
En début de cuisson, parsemer les migliacci de petits morceaux de brocciu, et en fin, dorer les beignets avec un oeuf battu mélangé à un peu de lait.

*
*

Fritelli Pisticcini

*

pisticcini

CUISSON :
A la poêle huilée

INGREDIENTS :
pour une douzaine de beignets, 250 g de farine de châtaigne, une pincée de sel, un verre d'eau, huile.

PREPARATION :
Dans un saladier, délayer la farine de châtaigne avec l'eau salée jusqu'à obtenir une pâte légère et consistante (pâte à crêpe). Chauffer l'huile dans la poêle et versez y, à l'aide d'une louche, des ronds de pâte pour obtenir de petits beignets de 6 à 10 cm de diamêtre. Retourner les beignets sur les deux faces durant la cuisson, jusqu'à légère dorure croustillante. Servir nature, avec du brocciu ou confitures.

Posté par A Rustaghja à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]