PICT0089_2 Quand tout est figé comme neutralisé par le soleil, le village s'endort derrière ses volets mi clos. Les informations du 13 heures de TF1 se sont évanouies avec le générique de fin et les chiens se sont couchés de tout leur long, à l'ombre. Plus un bruit. La sieste a conquis les ruelles, seuls les rideaux anti-mouches frissonnent à l'entrée des maisons. C'est à cet instant que, souvent, je choisis cet immobilisme magique pour aller jusquà la fontaine des châtaigniers.

PICT0079_2  Je quitte le village par le chemin du bas pour arriver à la barrière de bois que je franchis en prenant bien soin de la refermer derrière moi. Ici, les animaux sont en liberté. Les truies et leurs petits, les brebis et les chèvres disposent de la montagne, à leur convenance....si bien que la barrière que l'on doit franchir à chaque chemin sortant du village sert à interdire aux bétail d'arriver jusqu'aux maisons. Cette idée me fait toujours sourire.....quand je pense qu' ici, du coup, se sont les humains qui vivent en enclos ! Je ressens alors cette sorte de fugue ou de fuite dès les premiers pas "de l'autre côté".

PICT0065_2  Je suis donc le sentier ancestral tracé par les muletiers d'autrefois. Quel âge ont ces murets? Qui a empilé ces pierres? Qui a dallé ces chemins de lauzes dans ses passages délicats? Qui a taillé et retaillé ce châtaignier séculaire pour que son profil prenne cette forme particulière qui nous laisse enjamber son énorme racine? Mon arrière grand père, mon grand père ont très certainement du apporter leur part de sculpture à ce serpentin qui se faufile dans la montagne.............

fontaine_du_village ........pour me conduire, toujours un peu secrètement, à cette fontaine qui offre au promeneur d'aujourd'hui comme au paysan de jadis, la fraîcheur inouïe de son eau limpide et bienfaitrice. Ce havre de paix m'accueille aussitôt pour me faire savourer un moment si particulier de bonheur et de bien être. D'abord le bruit délicat de ce filet d'eau qui jaillit pour s'éclater sur les pierres dans un clapotis qui enchante mes oreilles. Puis les mousses qui participent au décor en amenant la couleur émeraude qui caractérise ces endroits. Je m'assois sur un des bancs de pierre qui entoure cette vasque creusée dans le granit et regarde avec admiration, le miracle d'une source naissant de la terre. Que la nature est belle ! Un regard alentour pour trouver sur une branche, la feuille de châtaignier que je vais choisir pour bec verseur quand, avec deux petits cailloux, je l'aurai placée en prolongation de la vasque de manière à projeter le filet d'eau plus en avant et faciliter ainsi l'inclinaison de ma tête pour aller boire à la régalade. Ce rituel me transporte de joie,car ma mémoire entend encore mon grand père me disant: "regarde bien parce que quand tu seras plus grand, tu le feras toi même!" Eh oui grand père, je n'ai pas oublié, je me rappelle. Je n'ai pas oublié le coup de main pour nettoyer la vasque avant de boire et le coup d'oeil dans le trou au cas où ! Mon regard se perd dans les souvenirs. Je suis bien. Les petits lézards gris se rapprochent et me regardent. Les oiseaux s'enhardissent malgré l'alerte d'un geai méfiant. Tout est parfait. Je me rafraichis encore une dernière fois, me mouille le visage et les bras...... Je reviendrai demain.....